Le budget

Budget 2021 : bâtir un budget, c’est faire des choix politiques

Budget 2021

-

« BÂTIR UN BUDGET, C’EST FAIRE
DES CHOIX POLITIQUES »

Éducation, jeunesse, propreté, nature en ville… le budget primitif 2021, adopté par le Conseil municipal le 7 avril 2021, acte les priorités de la nouvelle équipe municipale. Un premier budget, de transition, sociale et écologique, adopté en réponse à la crise sanitaire sociale et économique. Un budget qui se veut réaliste et ambitieux pour l’avenir et le retour aux jours heureux. Explications avec Patrice Sac, 1er adjoint au Maire en charge des finances.

Déterminer les dépenses et les recettes de l’année, en fonctionnement comme en investissement : c’est l’objectif de l’adoption, chaque année, du budget primitif de la ville. Un budget de transition sociale et écologique, adopté dans un contexte de crise sanitaire et en réponse à la crise sociale et économique. « Ce budget est la traduction de choix politiques clairs, avec des priorités assumées sur l’enfance, le social et la santé, la nature en ville et la transition écologique et la participation citoyenne », explique Patrice Sac, 1er adjoint en charge des finances de la ville.

Un équilibre à trouver, sans augmentation d’impôt

Ce budget a été adopté dans un contexte inédit, difficile et contraint, perturbé par la situation sanitaire que nous traversons depuis plus d’un an. « Des dépenses de fonctionnement en hausse, des investissements à réaliser dès 2021, des recettes stables voire en légère baisse… c’est cette équation qu’il a fallu résoudre, en maintenant l’engagement qui est le nôtre de ne pas augmenter les taux d’imposition municipaux », indique Patrice Sac.

Un budget fortement impacté par la gestion de crise COVID-19

Mobilisée depuis le début de la crise sanitaire il y a plus d’un an, la ville a ouvert un centre de vaccination dès le démarrage de la campagne, le 18 janvier. Un centre qui a mobilisé les professionnels de santé du territoire, les élus et les agents de la ville (12 agents mobilisés chaque jour), qui représente une dépense, sur la base de 6 mois de fonctionnement, de 195 000 €. Par ailleurs, la crise a nécessité le recrutement de renforts d’animateurs et personnels des offices pour faire face aux absences des agents touchés par la maladie (mis à l’isolement ou dépistés positifs) et faire respecter les protocoles sanitaires mis en place dans les écoles.

Un budget de transition, social et écologique

Répondre à la crise sociale et économique

Comme sur l’ensemble du territoire, la crise a fragilisé de nombreuses familles athégiennes. « La ville a souhaité renforcer son bouclier social à travers la mise en oeuvre de mesures immédiates, portées par Samia Hebbadj, Maire-Adjointe chargée de la Santé et des Solidarités : augmentation de 170 000 € de la subvention du Centre communal d’action sociale (CCAS), recrutement de trois travailleurs sociaux, soutien aux associations caritatives et création d’un Comité citoyen et solidaire », explique Patrice Sac.

Priorité à l’enfance

Le budget consacré à l’enfance et la petite enfance est en augmentation pour accompagner l’évolution du nombre d’enfants scolarisés (plus de 4200 élèves sur la ville) et en particulier ceux qui vont être accueillis à l’école Tomi Ungerer sur les bords de Seine. « Cette augmentation permettra aussi d’offrir plus de séjours vacances pour les enfants et d’acquérir une nouvelle version du portail famille plus adapté suite au changement du règlement des activités périscolaire qui vient d’être présenté par Alexandra Beaudoin, adjointe au maire chargé de l’Enfance ». Ce budget intègre aussi une baisse des recettes « participations des familles » de 350 000 € qui provient principalement de la décision de baisser les tarifs de restauration appliquée depuis la rentrée scolaire.

Préparer les jours heureux

Ce budget est aussi la traduction de l’engagement que nous avons pris devant les Athégien.ne.s d’en finir avec la cité dortoir et de bâtir une ville conviviale. « Si la crise sanitaire est encore là, il nous faut préparer le retour à la normale, aux jours heureux. Avec Yanisse Lalouci, Maire-Adjoint chargé de la Ville conviviale, de nombreuses animations festives et conviviales ont été programmées dans les différents quartiers de la ville, à partir de l’été et sur la fin de l’année ». Les Athégien.ne.s auront besoin de se retrouver, après plusieurs mois de restrictions sociales et de rendez-vous annulés.

Un soutien accru aux associations

Le Conseil municipal a porté ce budget à 500 000 € (contre 420 000 € en 2020). « C’est 80 000 € de plus pour des milliers de bénévoles qui font un travail remarquable, notamment depuis le début de la crise sanitaire », rappelle Patrice Sac. « Une grande partie de cette enveloppe pour 62 associations a déjà était proposée au vote par Philippe Lebon fonction à ce conseil. » C’est avec les associations, aussi, que nous bâtirons la vie d’après COVID.

Améliorer notre cadre de vie

Le budget consacre deux types d’actions pour améliorer le cadre de vie qui est le nôtre. D’abord en consacrant des moyens supplémentaires pour la propreté de l’espace public. C’est une priorité partagée par toutes et tous, pilotée par Mustafa Gunduz, Maire-Adjoint chargé de la ville propre et de la voirie. Ensuite en réintroduisant la nature en ville, à travers la plantation de 500 arbres par an, la création de jardins partagés et la création ou la rénovation d’aires de jeux dans les parcs ou les écoles.

Près de 2 millions pour le sport

Le budget d’investissement prévu sur ce secteur prévoit notamment la fin de la rénovation de la structure du gymnase Hébert et de son système de sécurité incendie, la création d’un terrain multisports au parc d’Ozonville, la création du 2° terrain de foot synthétique à la Cité de l’Air, la création de la salle de danse à l’espace Réné L’Helguen. « Des actions concrètes que nous portons avec Sébastien Chambry, Maire- Adjoint chargé des Sports ».

Un premier budget participatif

La ville va consacrer une enveloppe de 100 000 € pour la réalisation de projets proposés par et pour les Athégien·ne·s. « C’est une première, qui illustre notre volonté de renforcer la démocratie locale. Un groupe de travail piloté par Bernadette Vernade, Conseillère municipale déléguée à la démocratie d’implication, définira les règles de fonctionnement de ce budget participatif d’ici la fin de l’année ».

Un budget réaliste, qui prépare l’avenir

Afin d’abonder le financement de ses investissements (subventions, taxes d’aménagement, autofinancement…), la ville a inscrit l’emprunt à hauteur de 6 millions d’euros. Un montant pr ovisoire, qui sera revu à la baisse lors du vote du budget supplémentaire (vote d’ajustement en cours d’année), selon le montant des subventions en attente de réponse et de l’excédent budgétaire de l’année dernière. « Ces ressources nous permettent de mettre en place une stratégie budgétaire à la fois ambitieuse et maîtrisée », explique Patrice Sac. « Une gestion saine des finances de la ville est un impératif, un engagement que nous avons pris et que tiendrons ».

Une vision à long terme des investissements de la ville

Ce premier budget de la nouvelle équipe municipale se veut réaliste, pour être effectivement réalisé. La ville travaille à la définition d’un Plan Pluriannuel d’Investissement, en s’appuyant notamment sur la réalisation d’études permettant de planifier les dépenses à long terme et la mise en oeuvre de projets structurants, comme l’implantation de deux nouvelles écoles ou la rénovation de structures essentielles (comme par exemple la crèche des Lutins).

0% d’augmentation des taux d’imposition municipaux

La municipalité s’est engagée à poursuivre la stabilisation des taux d’imposition. Pour compenser en partie la suppression de la taxe d’habitation, les communes se sont vues transférer, en 2021, le montant de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFB) perçu en 2020 par le Département. Ainsi, chaque commune se voit transférer le taux départemental de TFB (16,37% en Essonne), qui vient s’additionner aux taux communal (31,05% à Athis-Mons). Cela ne se traduit donc pas par une augmentation d’impôts pour le contribuable.

Évolution de la fiscalité
entre 2020 et 2021
  2020 2021
Taxe d’habitation 21,05% 21,05%
Taxe foncière sur les propriétés bâties (part communale) 31,05% 47,42%
Taxe foncière sur les propriétés bâties (part départementale) 16,37%
Taxe foncière sur les propriétés non bâties 54,64% 54,64%

LES PRINCIPAUX INVESTISSEMENTS DE L’ANNÉE 2021 :

Transition écologique

-

  • Changement des fenêtres du groupe scolaire Branly - La Fontaine
  • Plantation de 500 arbres dans la ville
  • Aménagement d’aires de jeux et de jardins partagés sur plusieurs lieux
  • Restauration et la mise en valeur du cimetière
  • Installation d’un rucher municipal

Solidarités et santé

-

  • Extension des locaux du centre social et l’espace jeunesse au Clos Nollet
  • Agrandissement des locaux de la Maison de santé du Noyer Renard

Enfance et petite enfance

-

  • Climatisation de la crèche La Farandole
  • Fin de la création du nouveau lieu de la crèche parentale
  • Installation de systèmes d’accès à digicode dans 2 crèches
  • Installation de préaux dans 3 écoles maternelles
  • Travaux d’amélioration des bâtiments scolaires et des structures enfance
  • Mise en accès par badges dans 5 bâtiments + équipements PPMS
  • Étude pour la création de deux nouvelles écoles

Jeunesse et sport

-

  • Renforcement de la structure du Gymnase Hébert
  • Mise en synthétique du deuxième terrain de foot du stade de la cité de l’Air
  • Création d’un terrain multisports du parc d’Ozonville
  • Création de la salle de danse du premier étage de l’espace René L’Helguen
  • Création d’un street work-out et d’une aire de jeux au Clos Nollet

Démocratie locale

-

  • Lancement d’un budget participatif

Page générée en 0.0202 secondes le 18/09/2021 à 1:31:29
URL : www.mairie-athis-mons.fr/?p=_ville/vie-municipale/finances/

Page vue depuis :