Actualité

Urbanisme - Stop à la densification non-maîtrisée !

Publié lundi 22 janvier 2024 à 17h08.

En février prochain, la modification du Plan Local d’Urbanisme sera proposée au vote du Conseil municipal. Ce document réglementaire dessine les contours de la ville de demain. Présentation de ses évolutions qui défendent avant tout le cadre de vie des Athégiens.

-

« La ligne directrice de ce PLU est de répondre aux attentes des habitants en maîtrisant et en encadrant les évolutions urbanistiques sur la RN7, en préservant le cadre de vie des zones pavillonnaires et en favorisant le retour de la nature en ville pour s’adapter aux changements climatiques », introduit Gautier Conan, adjoint au maire chargé de la transition écologique, de l’aménagement, de la maîtrise de l’urbanisme et des mobilités.

RN7 : plus de vert et des immeubles moins hauts

Pour stopper cette densification effrénée alors que les équipements publics ne sont pas dimensionnés, le nouveau PLU a mis en place sur une partie du secteur de la N7 un Périmètre d’attente d’aménagement global (Papag) qui gèle les droits à construire pendant cinq ans, « le temps de faire une pause, de construire la nouvelle école et de développer une autre vision, plus harmonieuse et plus vivable, que le couloir d’immeubles qui existe aujourd’hui », commente Gautier Conan.

Depuis 2020, la Ville a dû faire face à l’arrivée de nouvelles familles dans les immeubles dont les permis ont été accordés par l’ancienne municipalité et qui ne peuvent pas scolariser leurs enfants à l'école Jules Ferry, qui est saturé. La carte scolaire a dû être adaptée en attendant que la nouvelle école sorte de terre.

Recensement 2023 :
nous sommes 36 222 Athégiens !

  • + 581 habitants depuis 1 an (+1,6%).
  • + 6 000 en 10 ans (+ 20% de la population et +26% de la population scolaire).

Ce qui fait désormais d'Athis-Mons la 5e ville de l'Essonne en nombre d'habitants.

  • + 20% d'augmentation de la population ces dix dernières années
  • + 26% d'augmentation de la population scolaire.

Tout cela est le fruit d'une politique de densification urbaine intense, non maîtrisée menée pendant 10 ans. 

Pour apporter un meilleur cadre de vie le long de la RN7, le cahier des charges pour les nouvelles constructions sera plus restrictif

Le souhait est de créer davantage de respiration entre les habitations, avec des espaces de circulation et des espaces verts qui seront doublés par rapport à aujourd'hui. Aussi, la hauteur des immeubles sera abaissée d’un niveau (5 étages au lieu de 6 aujourd'hui), leur retrait par rapport à la chaussée sera augmenté et l'aménagement des futurs immeubles fera la part belle à la façon dont on y vit et pas aux exigences des promoteurs. « L’idée sur la RN7 est d'avoir un ville à hauteur d'homme, de pouvoir y trouver un cadre de vie agréable et de vouloir y rester, mais aussi d’accompagner l’arrivée du tramway, qui va changer le visage de cet axe », ajoute l’élu.

Une Ville engagée face aux changements climatiques

L’enjeu transversal de ce PLU est de développer la place de la nature en ville pour adapter la ville aux changements climatiques. « Pour réaliser un PLU ambitieux en terme d'environnement, il y avait deux solutions, soit construire en hauteur, soit restreindre toutes les constructions tout en préservant un maximum de surfaces non-artificialisées ; c'est cette seconde solution que nous avons choisie. »

Autre enjeu : préserver le tissu pavillonnaire

Les zones pavillonnaires subissent une urbanisation incontrolée, au travers de divisions de parcelles, qui détériore la qualité du cadre de vie des habitants déjà installés, dans des secteurs où les voiries et les espaces de stationnement ne sont pas calibrés pour faire face à des besoins supplémentaires induits par ces nouvelles constructions. Aussi, ces découpages génèrent souvent des parcelles trop petites, dans des espaces trop contraints.
Ainsi, nombre de ces constructions sont réalisées en "lots arrière", faisant qu’en lieu et place d’une vue dégagée sur un jardin, les propriétaires immédiats aux projets se retrouvent avec une vue sur une maison individuelle.
Cette version du PLU entend lutter contre ce phénomène en augmentant les distances entre les habitations, « l'idée n'étant pas d'empêcher les habitants de s'installer à Athis-Mons, mais de permettre à ceux qui y habitent déjà de continuer à le faire dans de bonnes conditions ».

« Beaucoup de professionnels de l'immobilier nous reprochent ce nouveau PLU parce qu'ils seront davantage contraints. Ce nouveau PLU répond aux besoins et aux demandes des Athégiens*, et non aux intérêts financiers des promoteurs », conclut Gautier Conan.

RAPPEL

  • + de 400 nouveaux logements ont été autorisés entre novembre 2019 et mars 2020.
  • + 6 000 habitants entre 2015 et 2020, sans services publics supplémentaires.
  • Des projets immobiliers stoppés depuis juillet 2020 : un centre commercial à l’entrée de ville, 1 400 logements à la Cité de l’Air et 215 à la Ferme de Mons.

* Cinq réunions publiques, deux ateliers thématiques, une concertation en ligne et une enquête publique du 16/10 au 16/11/2023... Au total, plus de 500 personnes ont participé à la concertation sur le PLU. 

La presse en parle

Dans son édition du 16 novembre dernier, dans un article intitulé « Athis-Mons | Le nouveau plan local d'urbanisme va réduire les possibilités de constructions. Une volonté de défendre "un cadre de vie" pour la mairie. | L'inquiétude des professionnels de l'immobilier face au PLU », Le Parisien Essonne revient sur le nouveau PLU de la ville qui va réduire les possibilités de construction. Une volonté de défendre un "cadre de vie" pour la mairie. 

Gautier Conan, adjoint au maire chargé de la transition écologique, de l’aménagement, de la maîtrise de l’urbanisme et des mobilités

“NOUS RÉPONDONS AUX BESOINS DES HABITANTS ET NON AUX INTÉRÊTS FINANCIERS DES PROMOTEURS ET PROFESSIONNELS DE L’IMMOBILIER”.
Gautier Conan, adjoint au maire chargé de la transition écologique, de l’aménagement, de la maîtrise de l’urbanisme et des mobilités 

 

 

Les principales mesures du PLU : 

  • Les surfaces de pleines terres sont augmentées et les obligations de plantation sont plus importantes ; 
  • + d’espaces verts = + de zones perméables, notamment pour lutter contre les inondations et plus de zones de fraîcheur ; 
  • Des zones naturelles sanctuarisées et en augmentation (+7 000 m2) = plus de surfaces non-constructibles ; 
  • + de contraintes sur la qualité environnementale des nouvelles constructions ; 
  • 3 000 arbres plantés en 6 ans ; 
  • Création de jardins partagés (un municipal et un associatif) ; 
  • Secteur RN7 : mise en place d'une zone de gel des droits à construire et abaissement de la hauteur des immeubles (5 étages au lieu de 6) et augmentation du retrait par rapport à la route ; 
  • Lutte contre les divisions parcellaires en zones pavillonnaires mais possibilité d'extension pour les habitations existantes.
 

Vote du nouveau PLU au Conseil municipal du 7 février à 19h retransmis en direct et ouvert au public.

Article lu 9963 fois, 76 fois depuis les réseaux sociaux
Dernière consultation le lundi 4 mars 2024 à 05:40

Article 20 sur 19
précédent | suivant

retour à la liste

Article 20 sur 19
précédent | suivant

retour à la liste

Archives

Fil d'actualité (RSS)
Qu'est-ce que c'est ?

Page générée en 2.7034 secondes le 04/03/2024 à 5:42:54
URL : www.mairie-athis-mons.fr/actualite/article_4228.htm

Page vue depuis :